Suprise en train de me doighter par mon frère et son meilleur copain

suprise en train de me masturber    son sperme éclabousse mes petits seins

Catégorie : histoire
Auteur : fille
Age : 15 ans
Participants : 1 fille, 2 garçons

Fantasme sur le copain de mon frère, je me fait suprendre par eux en train de me masturber

Quand j’avais 15 ans, j’étais folle amoureuse de meilleur ami de mon frère. Ils avaient tous les 2 un an de plus que moi, 16 ans, faisaient de la course ensemble et avaient des corps biens musclés (mais pas trop non plus). Andrew était beaucoup plus grand que mon frère Ryan. Il jouait aussi au basket et venait souvent chez nous torse nu l’été après ses match de basket.
A chaque fois que je le voyais torse nu et plein de sueur j’en tremblais et j’en mouillais presque instantanément. J’en devenais incapable d’articuler 3 mots et je me réfugiais dans ma chambre pour me caresser en fantasmant sur lui dès qu’il était parti. Je sais, c’en était ridicule, risible même mais c’était plus fort que moi, il me mettait dans tous mes états.
Pour mon plus grand bonheur, il m’avait accepté comme amie facebook et je passais des soirées entières sur mon lit à regarder ses photos en fantasmant.
Après l’école, j’attendais souvent mon frère avant de prendre le bus pour ramener son sac à la maison. Lui allait s’entrainer à courir et il ne voulait pas laisser son sac aux vestiaires qui étaient souvent visités. Un soir, juste pendant que je récupérais le sac de mon frère, j’entendis 2 filles parler à Andrew « Hé, Andrew, j’ai mis sur facebook les photos de l’autre jour sur la plage! »
Mes oreilles étaient grandes ouvertes et je n’avais qu’une hâte : rentrer à la maison pour voir ces photos de mon homme idéal en maillot de bain. Encore une fois j’en mouillais par anticipation sous ma jupe, sans être pour autant sûre qu’il y aurait quelque chose à voir mais mon cerveau élaborait une myriade d’espoirs tout en prévoyant déjà une séance de masturbation. Aussitôt descendue du bus, je me précipitais à la maison. En deux secondes, j’étais dans ma chambre, devant mon ordinateur portable, ma culotte sur les chevilles, 2 doigts dans la chatte. Les photos valaient le coup : ses pectoraux luisaient sous la crème solaire et je pouvais même apercevoir la silhouette de son sexe dans son boxer moulant. C’était la première fois que je pouvais imaginer son sexe aussi précisément.
Mes parents étaient au travail et j’avais 1 heure et demie devant moi avant que Ryan ne rentre de son entraînement donc je n’avais pris aucune précaution particulière. J’étais tellement excitée et j’y allais tellement franchement que je gémissais comme une folle, mes doigts glissant furieusement dans mon vagin, ma jupe remontée au maximum pour ne pas la souiller avec ma mouille.
Puis je ralentis le rythme, voulant faire durer le plaisir sans jouir trop vite. J’étais en train de titiller mon clitoris lorsque j’entendis un raclement de gorge.
En une fraction de seconde je rabaissais ma jupe pour cacher mon sexe et me redressais sur la chaise, complètement mortifiée à l’idée que quelqu’un assiste au spectacle. Je me retournais et faisais face au couloir qui mène à ma chambre pour y voir horrifiée mon frère Ryan et son meilleur ami Andrew sur le pas de ma porte. L’entraînement avait été annulé.
Ryan ricanait bêtement. Andrew était cramoisi et semblait tout autant choqué que je ne l’étais. Ils avait tous les 2 une énorme érection qui tendait leurs shorts respectifs et celle d’Andrew était sacrément grosse.
Je me mis alors à bégayer et Ryan explosa de rire et me dit « merde, sam, pourquoi tu t’arrêtes en si bon chemin ? »
Furieuse, j’essayais de me lever pour atteindre la porte de ma chambre et la fermer. Mais comme si je ne m’étais pas suffisamment humiliée, j’en oubliais ma culotte et m’empêtrais dedans, tombant à genoux. J’avais les larmes aux yeux en me relevant tant bien que mal et j’hurlais à l’intention de mon frère « Dégage! »
Andrew, lui restait sans voix au contraire de mon frère qui jubilait méchamment. Mes ses yeux restaient fixés sur moi. Mon regard descendit sur la bosse de son sexe qui semblait encore grossir à vue d’oeil.
Finalement ce fut lui qui prit la parole et dit « Allez viens, on devrait y aller et la laisser seule. Elle apprécie pas trop qu’on ait vu ça »
Ryan explosa encore de rire « Elle apprécie pas qu’on ait vu ça ? Mais je parie qu’elle t’imagine tous les jours en train de la regarder, regarde son écran ». Horrifiée, je me retournais pour voir l’écran de mon ordinateur avec une photo d’Andrew en gros plan.
Cette fois ci je pleurais vraiment en me remettant debout. Je m’étais débarassée de ma culotte qui trônait fièrement sur la moquette et malgré la honte et la colère, j’étais plus excitée que jamais. Je sentais mes cuisses qui se trempaient d’instant en instant sous ma jupe.
Je serrais les points et les dents « Laissez moi putain »
Andrew était vraiment mal à l’aise et se retourna pour partir mais Ryan l’attrapa par le bras et lui dit « allez, si on part maintenant on n’aura plus jamais l’occasion de le faire devant un spectacle pareil ». Et il attrapa brusquement l’érection d’Andrew à travers le tissu de son short. Andrew sursauta au contact de mon frère et son visage déjà relativement rouge en devint presque noir.
« ça va pas, non? tu veux pas le faire devant elle quand même? » dit Andrew en essayant de se dégager de la main de mon frère qui tenait son sexe. Et sans me quitter des yeux, mon frère commença à tirer sur le sexe d’Andrew qui émit un grognement animal.
C’était à mon tour d’être choquée. Je n’avais jamais vu un garçon se toucher alors encore moins un garçon en toucher un autre. Mes poings serrés étaient venus instinctivement entre mes cuisses serrer ma jupe entre mes jambes faisant renaître inconsciemment les sensations que j’avais éprouvé quelques minutes plus tôt.
Ryan était un manipulateur hors pair et il s’aperçu immédiatement de l’effet que cela me faisait « Réfléchis un instant, si tu continues ce que tu étais en train de faire, tu pourras voir Andrew éjaculer pour toi »
Et Andrew marmonna en essayant de se donner un air de refuser « non mais je le ferai pas. soit on le fait tous soit je ne fais rien »
Je suis quasi sûre que mon expression valait le détour. Je me souviens que j’avais la bouche grande ouverte à m’en décrocher la machoire et n’en croyais pas mes oreilles. Mon vagin dégoulinait comme jamais le long de mes cuisses.
Et Andrew essayait encore de trouver une porte de sortie « non, elle t’a dit de partir, merde, viens, on y va »
La balle était dans mon camp. Ma fierté en avait déjà pris un gros coup, ils m’avaient vu au moins pendant 5 minutes les jambes en l’air, les doigts enfoncés en moi, qu’est-ce que je risquais de plus ?
Je m’assis sur le lit en relevant ma jupe, exposant mon sexe à leurs regards.
« je ne commencerai pas tant que vous n’avez pas enlevé vos shorts »
Andrew avait déjà presque enlevé le sien quand Ryan m’arrêta « Pas question. On ne fera rien tant que tu n’enlèvera pas le haut ».
Je grimaçais, ma petite poitrine me complexait « c’est pas juste, tu n’avais pas parlé de ça! »
Ryan rigola encore en disant « J’ai dit que tu le verrais éjaculer mais je n’ai pas dit qu’on enlèverai nos shorts. Donc soit tu nous montres tes seins, soit tu regarde la tâche que ça va faire quand il va gicler dans son short »
Je n’avais pas le choix. J’enlevais mon t shirt et mon soutien gorge rose en prenant un air de garce et en tirant la langue à mon idiot de frère. Les deux regardaient mes petits seins comme s’ils avaient vu le saint graal.
Ryan était hilare et Andrew était complètement en état de choc.
Maintenant que je n’avais plus rien à cacher, je me sentais plus forte – leurs regards envieux et ébahis y étaient aussi pour quelque chose : j’écartais mes cuisses autant que possible, offrant sas aucune inhibition mon jeune sexe épilé à leur vue.
Ryan semblait un peu estomaqué et son ricanement était devenu un gloussement admiratif « Wow, je ne pensais pas du tout que tu le ferais vraiment! »
C’est lui qui enleva le premier son t shirt, révélant son torse musclé et, il faut bien l’admettre même si c’est mon frère, sexy. Andrew fit la même chose avant de faire glisser son short sur ses pieds.
Ils étaient maintenant en boxer et en chaussettes devant moi. Mon frère mit les doigts à l’intérieur de l’élastique pour enlever son boxer rouge et noir et je vis pour la première fois son pénis en érection. Il faisait bien 12 centimètres et le gland tout rouge sortait de la peau et brillait sous une substance transparente.
Il le prit entre ses doigts et fit coulisser la peau sur le gland en donnant un coup de coude à Andrew « T’attends quoi ? c’est toi qui est censé éjaculer devant ce spectacle ».
Je me souviens qu’Andrew déglutit comme s’il n’en croyait pas ses yeux puis souffla un bon coup avant de reprendre ses esprits et enlever son boxer. Je n’oublierai jamais son expression mi étonnée, mi admiratif et où il me semblait tellemen vulnérable. Je me sentais plus puissante que jamais et l’humiliation subie avait déjà complètement disparue de mon esprit.
Je regardais son sexe rebondir vers le haut une fois libéré du tissu qui l’emprisonnait en me mordant les lèvres, retenant mon souffle. Le bout était violet et il était sans commune mesure avec celui de mon frère. Il devait mesurer 15 ou 16 centimètres et me semblait énorme. Une grosse goutte de liquide sortait du gland et chez lui c’était tout le sexe qui était luisant sous ce liquide.
Il était manifestement très gêné et commença à branler son pénis sans jamais me regarder dans les yeux. Par contre son regard fouillait mon entrejambe béante qui mouillait plus que jamais.
Pour ma part j’étais complètement ébahie par les différences qu’il pouvait y avoir entre leur 2 sexes. Celui de mon frère était plus petit mais plus massif et il bandait vers le haut en faisant une courbe qui le ramenait vers son ventre.
Celui d’Andrew était bien plus long mais semblait plus fin et il se tenait perpendiculaire à son corps, de manière horizontale.
Ils avaient tous les 2 des poils mais mon frère en avait clairement beaucoup plus.
« Hé, vas-y toi aussi ! montres nous ce que tu faisais devant ton ordi » me jeta mon frère avec un regard réprobateur qui me ramena à la réalité. Tout mes sens étaient à fleur de peau, mes petits seins étaient cambrés en avant, les tétons tous durs. Je glissais mes mains sur l’intérieur de mes cuisses puis écartais mes lèvres pour leur livrer mon intimité dans ses moindres détails. Puis j’y glissais un doigt et je faillis m’évanouir. Mes gestes étaient les mêmes qu’auparavant mais le plaisir que j’éprouvais en était décuplé.
Voir Andrew nu, en train de se branler devant moi était un spectacle de toute beauté. Ses yeux étaient si grands ouverts qu’on avait l’impression qu’ils allaient sortir de leur orbite et le voir comme ça m’excitait plus que jamais. Je décidais de lui offrir un petit spectacle.
Tout en me doigtant, l’autre main vint masser mon sein et tirer sur le téton. Je regardais son pénis en me mordant les lèvres et je le regardais en me passant la langue sur les lèvres. Je soupirais et je gémissais comme jamais et cette fois-ci, il ne regardait pas que mon corps mais aussi mon visage avec une expressio d’intense plaisir, de souffrance presque.
Il se cambrait en avant comme pour me donner son sexe et son rythme s’était sensiblement accéléré.
Mon frère lui dit « calmes toi Andrew, vas y doucement, prends ton temps comme dans les vestiaires »
Cette phrase me choqua et je me mis à penser qu’ils s’étaient déjà branlé ensemble, ce qui expliquait leur familiarité, mon frère qui empoigne le sexe d’Andrew et des images défilaient dans ma tête en les imaginant. Ces pensées firent monter mon orgasme en quelques secondes et ma main ne me pénétrait plus mais frottait furieusement mon clitoris. Je sentis un énorme frisson remonter le long de ma colonne vertébrale jusqu’au sommet de ma tête et ma vue se brouilla quelques secondes. Mon corps se tendit pendant que je me cambrais, les seins pointés vers le plafond, la tête en arrière, les jambes grandes écartées, le souffle complètement coupé. Puis les spasmes incontrolables de mon vagin me firent relever la tête pour voir Andrew perdre contrôle en me regardant la bouche ouverte. Mes cuisses se contractaient frénétiquement se resserrant et s’écartant d’elles mêmes et Andrew laissa échapper un grognement pendant que son sexe se contractait dans ses mains. Le premier jet fut une pluie de goutelettes blanchâtres, presque transparentes puis il y eut encore 3 longs jets qui s’échappèrent de son gland gonflé : 2 tombèrent sur le lit, 1 par terre et le dernier, le plus long de tous atterit sur ma hache et le haut de ma cuisse.
C’était comme un honneur pour moi de recueillir sa semence sur ma peau et je ne pus m’empêcher de la touche du bout du doigt et d’y goûter. C’était salé et pas très bon.
Mon frère n’avait pas terminé et il continuait à se branler en disant « vous êtes vraiment des puceaux »
Je ne me sentais plus du tout honteuse, au contraire, j’avais l’impression d’être enfin quelqu’un, d’être une femme. Andrew semblait épuisé et un peu effrayé. Je gloussais pour le mettre à l’aise et me levait, fière de mon corps nu. Je passais devant eux pour aller me laver vite fait dans la salle de bain et attrapait au passage le pénis d’Andrew qui était beaucoup moins gros mais avait déjà recommencé à gonfler. Puis je fit glisser mes doigts dessus en rigolant à nouveau.
Quand je revins Andrew avait remis son caleçon et son short et mon frère continuait à se branler en regardant les filles en bikinis sur les photos d’Andrew.
Pleine de confiance en moi, j’ai pris Andrew par le bras et lui ai dit « viens, on va le laisser terminer tranquille ».
Et pour la première fois j’ai pu parler avec Andrew sans bégayer, sans être intimidé.
Lui a vite repris sa contenance et nous avons vraiment passé un bon moment.
Nous ne sommes jamais sortis ensemble mais nous avons eu d’autres séances de masturbation à trois avec mon frère qui a contribué à effectuer mon éducation sexuelle sans jamais dépasser les limites.
Be Sociable, Share!
(Vu 4 913 fois, 1 visites aujourd'hui)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.