Je doigte une jeune inconnue dans la queue du space mountain

adolescente doigtée en public à travers son short dans la file d'attente    une adolescente se frotte et se masturbe sur moi en public

 

Catégorie : histoire
Auteur : garçon
Age : 28 et entre 15 et 17 ans
Participants : 1 fille, 1 garçon

Je doigte une jeune adolescente dans la file d’attente du parc d’attraction

Cette expérience s’est déroulée pendant l’été 1990. J’avais alors 28 ans et je passais quelques jours de vacances avec ma famille (mes parents, mes frères et soeurs et leurs enfants) dans un parc d’attraction.
Un jour en fin de journée, j’accompagnais mes 4 nièces de 10, 12, 13 et 14 ans pour monter dans une attraction similaire au space mountain. Il y avait évidemment une grande file d’attente et nous nous sommes mis à la queue pour attendre. L’attraction se déroulait à l’intérieur d’un batiment et il n’y avait pas beaucoup de lumière. La fatigue des gens en fin de journée faisait que la file d’attente reculait parfois et il arrivait que l’on se bouscule doucement en s’excusant.
Mes nièces étaient devant moi et j’avais mes mains dans le dos, tranquille.
Derrière nous il y avait un groupe d’adolescentes entre 15 et 17 ans je dirai. Je ne leur prêtais pas d’attention particulière jusqu’à ce que l’une d’elle me bouscule. La première fois c’était juste une petite poussette sans incidence. Un peu plus tard, nous étions dans une courbe de la file d’attente et lorsqu’elle me bouscula ce n’était pas par accident. Non seulement ce n’était pas un accident mais mes doigts touchaient directement son entrejambe. J’étais complètement choqué et ne savais pas quoi faire. Je ne bougeais pas et elle non plus pendant au moins 30 secondes qui me semblaient une éternité.
La file avança un peu et je brisais le contact en avançant moi aussi. Je jetais un rapide coup d’oeil derrière moi et vis une jeune adolescente souriante. Fraîche et plutôt mignonne. A croquer. Elle était blonde et avais une poitrine en développement qui pointait fièrement sous son débardeur blanc. Je vis plus tard qu’elle portait une paire de shorts bleu clair.
La file se mit en mouvement une fois de plus et son pubis couvert par le tissu des shorts revint s’appuyer sur mes doigts. Je n’étais plus choqué mais excité et mes doigts restaient fermement en position, tout comme mon pénis qui commençait à durcir dans mon jean.
Cette fois-ci elle bougeait imperceptiblement contre mes doigts, j’avais du mal à y croire : cette petite coquine était en train de se caresser et frotter contre mes doigts en plein public. Mes nièces me parlaient ou me posaient des questions et j’étais complètement distrait par ce qui se passait. Lorsqu’elles me posaient une question, je faisais exprès de me pencher un peu en avant comme pour mieux les entendre alors qu’en réalité j’en profitais pour appuyer plus haut sur la chatte de la belle inconnue essayant parfois de pousser son clitoris, d’autres fois de pénétrer son trou à travers le tissu. J’étais comme fou. Elle aussi appuyait plus pour obtenir un meilleur frottement.
Cette fois-ci, à chaque avancée de la file d’attente, je brisais à contre coeur le contact avec ma jeune partenaire.
Je n’avais pas bougé mes doigts, ceux-ci attendaient, toujours en position mais rien. La file avança encore et le jeune coquine ne revenait pas sur mes doigts. Je commençais à penser que le petit jeu était terminé sans arriver à savoir ce qu’il s’était passé pour qu’elle arrête. Ma queue était tendue depuis que j’avais en tête cette adolescente excitée qui prenait son plaisir sur les doigts d’un adulte anonyme. Je pensais que cette fois-ci c’était vraiment terminé et qu’elle devait avoir décidé d’arrêter, que c’était trop risqué pour elle. La file avança encore en serpentant et je sentis le contact avec mes doigts une nouvelle fois. Je remarquais que le tissu du short était moite. Puis ce fut elle qui brisa le contact en reculant un peu, remplaçant son pubis par sa main qui frôla mes doigts avant que ceux-ci n’entre en contact directement avec son sexe. Elle était trempée. Elle avait légèrement écarté son short sur le côté avec ses doigts, me permettant ainsi d’accéder à son intimité, poussant mes doigts directement sur sa chatte.
Mes 4 nièces étaient à moins d’1 mètre de moi et mes doigts se promenaient sur les lèvres mouillées de l’entrée du vagin d’une inconnue à peine plus âgée qu’elles. Dans ma tête j’étais au paradis, complètement fou, perdant toute notion, incroyablement excité. Je priais pour que la file d’attente ne bouge plus. Elle allait et venait contre mes doigts et je décidais de courber mon majeur dans l’espoir de la pénétrer. Lorsque je fis cela, je l’entendis distinctement haleter ou soupirer dans mon oreille et la senti sursauter. Nous étions proche de monter dans l’attraction et le bruit couvrait quasiment tout ce qui s’échappait par sa bouche. Je poussais plus profondément mon doigt dans sa chatte et ne sentis aucune résistance. Je bougeais moi aussi mon doigt en elle en rythme avec les mouvements imperceptibles de son bassin. Elle était en train de tremper toute ma main et sa cyprine coulait dans ma paume. Je sentis alors sa main se positionner entre son corps et la mienne et son ongle frotter ma paume pendant que son doigt frottait rapidement son clitoris. Ca ne dura que quelques secondes et elle retira mon doigt de son vagin avant que je puisse savoir si elle avait atteint l’orgasme. La file se remettait à avancer.
Je crois que si j’avais senti son vagin se contracter autour de mon doigt, j’aurais éjaculé dans mon caleçon et mes jeans sans pouvoir me retenir.
Je gardais mes mains en position mais il n’y eut plus aucun contact. Je pense qu’elle avait eu sa dose.
Ma main était toute mouillée et lorsque nous montâmes dans l’attraction je portais mes doigts sous mon nez et je senti la plus belle odeur de sexe féminin de toute ma vie. Je ne pouvais pas m’arrêter de sentir ce parfum entêtant. Je n’avais qu’une envie c’était de me retourner, de lui enlever ses shorts et de doigter sa petite et jeune chatte devant tout le monde. Ma queue tremblait d’excitation et mes testicules me procuraient une douleur intense. J’avais besoin de me soulager mais ne pouvait pas le faire.
Aujourd’hui encore je suis terriblement excité à chaque fois que je me remémore cet événement. Je n’ai aucun souvenir de l’attraction mais n’ai rien oublié de la file d’attente. Et je reste complètement étonné du fait qu’une adolescente puisse laisser sa chatte la contrôler complètement mais me suis rendu compte au cours de ma vie que ce n’était pas la seule et que les femmes aussi ont, tout autant que les hommes, des pulsions difficiles à réfréner.
Be Sociable, Share!
(Vu 14 436 fois, 1 visites aujourd'hui)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.