Branle entre potes, le jour où sa soeur nous a surpris

sa soeur nous a surpris, moi et mon meilleur pote, en train de nous branler mutuellement  branlé par 3 adolescentes de 13 ans

Catégorie : histoire
Auteur : garçon
Age : 15 ans
Participants : 2 garçons et 3 filles

Branle entre potes et grosse honte devant sa soeur,

mais cela m’a amené vers d’autres aventures de masturbation…

Cette histoire m’est arrivée lorsque j’étais au collège. j’avais 15 ans à l’époque.
Un jour après l’école, j’étais en train de me branler avec mon meilleur pote Tony. Nous le faisions souvent à l’époque l’après midi avant que commence Star Trek. Nous étions en haut dans sa chambre en train de nous tirer sur l’élastique mutuellement. Après un bon moment bien excitant, Tony que je branlais a éjaculé et j’ai recueilli son sperme dans un mouchoir en papier. Bien sûr, le voir jouir m’avait amené au point de non retour, complètement vulnérable devant la montée du sperme dans ma bite quand, juste à ce moment là, la porte s’ouvrit brusquement. C’était Lily, la petite peste de soeur de Tony.
Tony lacha immédiatement ma bite et lui cria dessus. Mais c’était déjà trop tard et l’adrénaline générée par le fait de se faire surprendre se diffusa dans mon corps me faisant totalement perdre contrôle et provoquant le premier jet de sperme. Je n’oublierai jamais l’expression sur le visage de Lily : c’était un mélange de choc, d’admiration et de rire nerveux. Ses yeux restés fixés sur moi.
j’éprouvais le plus intense orgasme de toute ma vie et mes couilles vidaient des seaux entiers de sperme
Quel spectacle nous lui offrions ! Nous étions nu jusqu’à la taille, les pantalons et boxer aux chevilles. Des livres de cul ouverts par terre, de l’huile de massage et des kleenex à côté de nous. Ma bite érigée lachait de manière totalement incontrollée de long fils visqueux de spermes blancs qui, après avoir volé en l’air venaient s’écraser à ses pieds comme un hommage, ou sur les mains de Tony pendant que je serrais le dessus de lit à pleines mains en essayant de m’arrêter. L’interruption provoquée par Lily associée au choc d’adrénaline avait provoqué en moi un cataclysme : j’éprouvais le plus intense orgasme de toute ma vie et mes couilles vidaient des seaux entiers de sperme.
Tony était complètement hystérique, et criait sur Lily le visage cramoisi de colère : « Putain, je vais te tuer Lily ! » en s’élançant sur elle. Elle eut le temps de relever la tête et nos yeux se croisèrent pendant plusieurs secondes avant qu’elle ne décampe en gloussant et claquant la porte derrière elle.
Tony la suivait déjà dans le couloir mais se ravisa, pensant qu’il ne serait peut-être pas judicieux de courir dans toute la maison à poil, la queue et les mains dégoulinants de sperme.
Plus tard dans l’année, alors que je supervisais un projet d’art (j’étais en art plastiques) des 6èmes, ils étaient en train de fabriquer des cartes de noël pendant que je terminais un poster de science fiction, je remarquais que 2 amies de Lily, Susan et Janice rigolaient tout bas en me regardant.
J’attendais un moment où elles ne me regardaient pas pour aller chercher des crayons de couleurs au fond de la classe et m’approchait d’elles. C’était mon job de vérifier ce qu’elles faisaient mais je fus choqué par leur carte de noël : un père noël la queue dans la main avec écrit dessus « c’est la distribution des cadeaux les enfants! » et de larges jets de sperme réalisés à la colle blanche qui venait exploser en feu d’artifice.
Je m’arrêtais un peu choqué lorsqu’elles se retournèrent vers moi et Janice m’adressa un « salut! » tout naïf suivi de rire d’adolescentes. Je décidais de la jouer cool et leur répondit « mais est-ce que vous savez au moins de quoi vous parlez ? ». Susan me répondit du tac au tac « oui bien sûr. C’est pas toi qui a éjaculé sur le frère à Lily y’a pas si longtemps de ça ? »
Restant la bouche ouverte de surprise, j’ai dû passer par toutes les nuances de rouges possible avant de retourner le plus discrètement possible à ma chaise. Elle riaient tellement fort que toute la classe se retournait vers elles. Bien que honteux, ceci m’avait excité pour tout le reste du cours et je restais assis avec une formidable érection sous mon bureau.
Après le cours, les 2 garces se sont approchées de moi. Susan alla directement au but : « Tu veux nous aider à finir notre carte de noel ? » en pouffant comme des gamines. J’étais étonné et excité et je grommelai un « ouais, allez, ok » tout en me demandant ce qu’elles entendait par « aider à finir »… « Viens nous rejoindre à la clairière » dit Susan avant de déguerpir avec Janice. Je devais d’abord passer par mon casier poser quelques affaire puis je coupais dans les bois pour arriver à la clairière.Au début je ne vis personne mais j’entendis un bruit et me retournais pour trouver les filles cachés un peu plus loin dans l’herbe. Janice avait la carte de noël en main et Lily les avait rejoint.J’avais du mal à réaliser la chance que j’avais : elles ressemblaient à des gamines mais leurs yeux trahissaient une excitation et une perversité qui me faisait penser qu’elles étaient bien plus expérimentées que je ne le croyais. Elles parlaient de moi à la troisième personne et je restais muet à écouter leurs digressions : »Tu crois qu’il s’est branlé 3 fois hier ? » « non, il serait épuisé » « moi je crois que c’est bien plus que ça » gloussa Susan. Je rougis instantanément (en vérité je me branlais à l’époque jusqu’à 5 fois par jour, chose que j’avais justement faite la veille).

C’était très clair : elles voulait que je gicle sur leur carte de noël pour remplacer la colle blanche par du vrai sperme. Rapidement Susan demanda à Lily de vérifier pour voir si j’étais prêt.

Lily s’approcha de moi et brusquement empoigna mon entrejambe. Elle trouva rapidement mon érection qu’elle souligna du doigt sur mon jean. « Je dirais qu’il est à point » répondit-elle à Susan.

Les filles se lançaient des défis et commentaient chaque point en me déshabillant petit à petit et en manipulant mes testicules et ma bite tendue. J’étais tellement excité que j’avais peur d’exploser entre leurs petites mains. Mais elles ne faisaient que me chauffer, ne donnant jamais le coup de poignet qui me ferait perdre le contrôle. Et toutes ces mains sur moi et mon sexe me mettaient dans un état d’extase qui m’était jusqu’à présent encore inconnu. J’étais en même temps choqué par la familiarité et la nonchalance de ces gamines de 13 ans et je me demandais combien de bites Lily pouvait avoir déjà branlé de ses mains.

Après un très long moment de torture, il y eut un long silence. J’étais debout, le pantalon aux chevilles, Janice tenant la carte devant ma queue, Lily soupesant mes boules de ses mains et Susan dirigeant mon gland vers la carte. Je les regardais immobiles quand j’entendis Susan qui demanda « Lily, c’est quand qu’il va éjaculer? »

Lily me regarda et me dit « C’est bon, tu peux y aller maintenant »

Hhh?

J’en croyais pas mes oreilles. Je réalisai soudainement que je m’étais trompé sur leur compte. Elles n’étaient PAS DU TOUT expérimentées et n’avaient en aucun cas branlé la moitié du collège. En fait, elles étaient excitées, curieuses et surtout naïves ; n’avaient aucune idée de ce qu’elles étaient en train de faire. Elles parlaient beaucoup, mais leur seule expérience de la chose remontait à l’incident avec le frère de Lily où elle m’avait vu éjaculer sans les mains et pensaient que c’était comme ça que ça marchait.

Mon attitude changea du tout au tout. Je réalisai que ces 3 jeunes adolescentes fantasmaient sur mon pénis qui éjacule et voyaient leur 3 paires d’yeux fixées avec attentes sur ma bite et je décidai que j’allais leur donner le spectacle qu’elles attendaient. Sauf qu’à partir de maintenant c’était moi qui donnait les ordres.

« Ok » dis-je, « je veux bien gicler sur votre carte mais il faut que vous me branliez tout doucement avec la main ». Lily n’hésita pas une seconde et s’exécuta. Ses gestes étaient maladroits, je devais la ralentir mais au bout de 20 secondes j’allais exploser et lui dit d’arrêter, décidé à faire durer la chose.

« c’est très bien mais c’est pas parfait. Pour que j’y arrive il va falloir que Susan me montre ses seins ».

J’avais choisi Susan parce qu’elle était, depuis le début, la plus téméraire mais elle refusa catégoriquement. Je leur dit que je ne pouvais pas jouir si je ne voyais pas des filles nues comme dans les magazines. Les 2 autres pressaient Susan de le faire. Finalement elle souleva son sweat shirt en même temps que son t-shirt et son petit soutien gorge, révélant la plus délicieuse paire de seins. Ce n’était pas juste une petite fille en plein adolescence mais une véritable femme avec un érotisme et un attrait sexuel incroyable. Ses 2 petits seins naissant mais déjà bien développés en forme de poire se terminaient par 2 petits tétons roses tout gonflés qui contrastaient avec sa chair pâle. Mon niveau d’excitation qui était déjà à 100% explosa à 150%.

J’étais en train de diriger les filles et leur demandait plus que ce qu’elles ne m’avaient fait subir. Bientôt je découvris avec extase le pubis naissant de Susan avec ses quelques poils noirs et ses lèvres rosées sur lesquelles je passais doucement le doigt pour le retirer trempé. Puis celui de Lily avec son duvet blond qui luisait complètement sous son abondante mouille. Seule Janice résista à mes demandes mais me laissa passer les mains sous ses habits et caresser ses seins nus et ses tétons tout durs. Elle accepta aussi de branler ma bite des 2 mains.

Au bout d’un moment je savais que je pouvais plus tenir plus longtemps. Je leur demandais de vite attraper ma queue toutes en même temps mais Janice ramassa la carte de noël alors que Lily et Susan avait promptement empoigné ma queue à la base, mes testicules et mon gland.

Juste au moment où Janice posait le bout de ses doigts sur mon gland, mon bassin se contracta et je laissais échapper un magnifique fil de sperme blanc. L’intensité me fit rater la carte de noel et au lieu de ça ma semence atterit sur la veste de Janice.

Les 3 filles étaient ébahies par la puissance et le volume du premier jet. Janice paniqua mais ne fut pas assez rapide pour éviter le deuxième jet qui éclata en plusieurs petites gouttes et l’éclaboussa de l’épaule jusqu’à la hanche. Elle laissa tomber la carte et se recula vivement non sans recevoir une fois de plus une pluie de goutelettes de sperme sur les habits, sur les mains, quelques unes sur le visage.

Lily et Susan dirigèrent ma queue vers la carte de noel la badigeonnant avec les derniers écoulements de ma semence beaucoup moins puissants.

Pendant ce temps, Janice enleva hystériquement sa veste et son t-shirt et s’essuya sur l’herbe. Lily et Susan essoraient les dernières gouttes de ma bite en les appliquant attentivement et artistiquement sur la carte de noel.  Janice n’avait pas de soutien gorge et la dernière paire de seins qui était restée jusque là cachée s’offrit à moi. Ils étaient incroyablement plus gros que ceux de Lily et Susan et il étaient merveilleusement fermes et dressés avec des auréoles gonflées se confondant encore avec le téton.

Elle était sur le point de pleurer car elle croyait avec horreur qu’elle pouvait tomber enceinte au contact du sperme. Elle était au milieu des bois dénudée jusqu’à la taille, Lily et Susan essayant de la calmer. Finalement Susan retourna vite à l’école chercher une veste dans son casier pendant que Lily et moi attendions avec Janice.

Je retournais ensuite chez moi où je me branlai encore 3 fois ce soir là.

J’appris plus tard que la mère de Janice trouva ses habits maculés de sperme et elle reçut un sermon et une interdiction de sortir pendant 1 an.

Susan et Janice n’eurent pas une bonne note pour leur carte de note. Apparemment la prof ne fut pas impressionnée par leurs talents et les miens.

Vous êtes nombreux à nous avoir fait des retours sur cette histoire. Nous ne pouvons malheureusement pas diffuser les coordonnées de ce contributeur qui a souhaité rester anonyme.
Certains d’entre vous ont trouvé ce récit de masturbation en tapant « surpris par sa soeur ».

Be Sociable, Share!
(Vu 9 656 fois, 2 visites aujourd'hui)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.